FFDP Fédération freudienne de psychanalyse

Psychanalyse.fr

Site officiel de la Fédération Freudienne de Psychanalyse

Retour

Isolation

Mécanisme de défense qui vient en aide au refoulement* lorsque celui-ci n’est plus assez efficace. Ce processus consiste en fait à isoler toute représentation, pensée ou encore tout comportement affectivement gênants, de telle sorte qu’ils se trouvent séparés de ce que vit ou pense l’individu, afin d’éviter l’angoisse*.
On peut donc distinguer deux sens à l’isolation plus ou moins privilégiés selon les auteurs :
•    Mise à distance de l’affect lié à une représentation source de conflit (comme par exemple la froideur, la non expression d’affects suite au deuil d’un être cher)
•    Mise à distance de deux représentations ou manières d’agir en étroite relation mais relation en fait qui ne peut être vue sans angoisse.
L’isolation est spécifique et caractéristique de la névrose obsessionnelle notamment dans la compulsion, la ritualisation et dans l’interruption systématique et artificielle d’une chaîne temporelle de pensées ou d’actions.
Mais si l’on s’en tient au sens premier du mot isoler, isoler un corps c’est le mettre hors de contact avec un autre corps. Cette notion de contact corporel que l’on cherche à éviter renvoie alors directement à la notion de toucher ou de « tabou du toucher » pour Freud, qui est une façon archaïque de se défendre contre la pulsion*. D’ailleurs, les pulsions soumises à un interdit quelle que soit leur nature, ont un contact avec l’objet. Il y a relation symbolique selon Anna Freud* entre ces corps qui ne peuvent se toucher et ces pensées qui ne peuvent s’associer.