FFDP Fédération freudienne de psychanalyse

Psychanalyse.fr

Site officiel de la Fédération Freudienne de Psychanalyse

Retour

Sublimation

S’il peut sembler au premier abord, que l’on sait de quoi il s’agit à travers la philosophie ou la chimie, le terme de sublimation n’en est pas moins difficile à définir sur le plan métapsychologique. Si bien qu’aujourd’hui encore, le débat entre de nombreux auteurs pour en expliquer le mécanisme, semble loin d’être clos. Déjà tout au long de l’œuvre freudienne, cette notion a subi beaucoup de modifications. Freud en parlera comme d’une défense du moi et il accordera deux sens à ce type particulier de destin pulsionnel :
Habituellement la sublimation est une façon de détourner l’énergie des pulsions sexuelles (la libido*) vers des activités acceptables pour la morale et valorisées par la société, telles que : l’art, la littérature ou toute forme de création, d’activité de l’esprit rejoignant le domaine culturel. Ce sont en fait des objets plus proches des intérêts du surmoi*. Dans ce cas, la pulsion sexuelle* (d’origine prégénitale) est ainsi doublement détournée : d’abord de son objet* puis de son but*  primitif. La réalisation devenue non sexuelle aboutit finalement à une satisfaction* (puisque perçue comme positive et créatrice socialement), évitant tout conflit* ou frustration* et donc tout refoulement*. Le plaisir est ainsi pris ailleurs sans risque répressif du surmoi et donc sans nuire au moi* de l’individu.
C’est ainsi que dans l’art, par exemple, une partie de la libido pourra être satisfaite sans répression moraliste, mais aussi permettre d’en atténuer une intensité excessive.
Mais Freud envisagera une autre forme de destin pulsionnel dans la sublimation. Dans ce cas, la pulsion est toujours détournée de son but et exploitée à d’autres fins que la sexualité (pulsion désexualisée) mais elle n’est pas  détournée de son objet. Par exemple une personne désirée sexuellement au départ deviendra ensuite (par renoncement mais tout aussi intensément) l’objet d’une tendre amitié.
Cette notion peut apparaître finalement comme humanisante. C’est ainsi qu’elle est aussi importante lors de l’analyse puisqu’elle est la voie privilégiée de la résolution des conflits.